Actualités

Rechercher

La dernière barre des mille a implosé

12h30 : le compte à rebours résonne à travers les haut-parleurs, la foule attentive retient son souffle et le vacarme de la détonation déclenche le premier frisson. En une dizaine de secondes, les 15 étages de la barre 230 s’effondrent, allée après allée, du nord vers le sud. Contemplant le spectacle sur les écrans de la halle Stéphane Diagana ou depuis différents points de vue le long de l’avenue Rosa Parks, le public s’exclame, puis applaudit. L’émotion est palpable. Déjà, un nuage de fumée monte qui va plonger le quartier sous un ciel blanc de poussières pendant 5 minutes.

C’est ainsi que s’est achevée l’histoire de la troisième barre des mille ce jeudi 2 juillet après quarante ans d’existence. C’est l’aboutissement du travail de préparation que l'Opac du Rhône a débuté en 2003 pour accompagner le relogement des locataires, coordonner les nombreux partenaires, déconstruire la bâtiment et évacuer enfin le périmètre de sécurité pour accuellir les habitants dans la halle Stéphane Diagana… Après la barre 2010 en 2005 et de la barre 220 en 2010, la démolition de la barre 230 marque une nouvelle étape dans la transformation du quartier de la Duchère.

 

L'Opac, un acteur clé de la transformation de La Duchère

Depuis la démolition de la barre 220 en 2010, l’Opac a livré plusieurs résidences neuves : 9 Agora, Nelson Mandela et Marie Curie Sklodowska. Elles comptabilisent déjà 157 logements, ainsi que des locaux d’activité à vocation commerciale, médicale, associative ou destinés à des services publics. Début 2016, deux nouvelles résidences verront le jour en lieu et place de l’ancienne barre 220. Pour en savoir plus.

Pour visualiser cette page correctement, vous devez mettre à jour votre version de Flash Player. Cliquer ici.
Pour continuer à visualiser cette page, fermer cette fenêtre.