Logement adapté

Face au vieillissement de la population et compte tenu du coût et du nombre de places limitées dans les établissements spécialisés, le maintien à domicile des personnes âgées est devenu une priorité.

En adaptant certains logements, l’Opac du Rhône permet à ses locataires âgés ou handicapés, de rester le plus longtemps possible dans leur logement, lieu de vie auquel ils sont souvent très attachés.

Adapter les logements aux différentes étapes de la vie  

 

Des locataires vieillissants

Le vieillissement de la population est une donnée importante à prendre en compte dans la politique du logement.

Selon une étude de l’Agence Nationale pour l’Habitat, 2 millions de ménages de plus de 60 ans auraient besoin d’un logement adapté sur les 9,3 millions de ménages français de plus de 60 ans. 

 

A l'Opac du Rhône, 24% des signataires de baux ont plus de 65 ans.

D’après les prévisions démographiques, cette part de personnes âgées va croître dans les prochaines années.

La nécessité d’adapter les logements

Les personnes âgées souhaitent rester dans leur logement le plus longtemps possible. Elles y ont leurs repères, leurs habitudes et leurs souvenirs mais aussi leurs commerces, leurs voisins et les structures sociales qui les accompagnent.

Souvent, les logements ne sont plus adaptés à la condition physique de leurs occupants, qui avec l’âge, perdent en motricité et en équilibre.

Dans cette perspective, il convient de procéder à des travaux afin de mettre le logement en adéquation avec les besoins de ses occupants.

Il y a aussi une autre bonne raison d’adapter les logements, d’ordre financier entre autres. En effet, le maintien à domicile des personnes âgées, même accompagné de services et de soins à domicile, représente un coût moins élevé que le placement en établissement spécialisé.

L’Opac du Rhône, acteur majeur de l’adaptation des logements

Pour mémoire, l'Opac du Rhône n'a aucune obligation d'adapter les logements.

Dans la plupart des cas, les travaux sont réalisés dans de brefs délais car la durée d'attente est de 4 et 6 mois entre la demande et la réalisation.

 

Les modalités pratiques

 

La démarche

Les attentes sont exprimées par le locataire lui-même ou il est identifié par tout collaborateur de terrain ou partenaire ayant eu connaissance de la situation.

La demande écrite est adressée et enregistrée en agence.

Les travaux dans le logement n’ont lieu que lorsque celui-ci est bien en cohérence avec son ou ses occupants et leurs besoins (typologie du logement en fonction du nombre d'occupants, présence d’un ascenseur dans la résidence pour les logements en étage, services à proximité…).

Les types de travaux réalisés 

Il s’agit de rendre l’environnement du logement plus sécurisant et de réduire les risques de chutes ou d’accidents pour des personnes en perte d'autonomie, chez qui les réflexes ou les discernements ne sont plus les mêmes.

Les baignoires sont remplacées par des receveurs de douche extra plats traités anti-glisse dans la masse, équipés d’un siège relevable, de barres d'appui et pose de dalles de sol granitées. Les toilettes sont surélevées selon le cas.

Le coût

Adapter un logement pour une personne âgée coûte en moyenne 4 700 euros et 10 000 euros pour une personne handicapée. Le budget global annuel de l'Opac du Rhône est de 1 000 000 euros.

Le locataire participe aux travaux d’adaptation de son logement, à hauteur de 7% du coût des travaux, dans la limite de 450 euros.

La charte Rhône +

En novembre 2010, le Conseil général du Rhône a signé avec une dizaine de partenaires la charte de l'habitat adapté baptisé Rhône +.

 

Pour visualiser cette page correctement, vous devez mettre à jour votre version de Flash Player. Cliquer ici.
Pour continuer à visualiser cette page, fermer cette fenêtre.